Maladies respiratoires

 

 

BPCO


Attention vous êtes sur une ancienne version.

▷ Mise à jour de la page

▷ Vers menu nouveau site

La mise à jour comporte:

  • nouveaux élements
  • nouvelle présentation
  • lecture sur tablette et smartphone

C'est quoi ?


 

Il s'agit de l'insuffisance respiratoire chronique I.R.C. ou Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive. (un peu trop savant comme nom )

C'est une maladie chronique destructive des poumons avec des poussées infectieuses aigues déclenchant une insuffisance respiratoire aigue.

Il y a donc une destruction lente progressive et définitive des poumons avec destrous (comme dans le gruyère) de plus en plus grand.

L'oxygénation, mais aussi l'élimination du gaz carbonique se font mal.

C'est la troisième cause de mortalité en France.

Le problème est d'autant plus grave qu'il ne révèle cliniquement qu'à un stade avancé de la maladie.

 

Ca vient d'où ?


 

Le tabac est le grand responsable mais aussi la pollution, les infections respiratoires et quelques maladies génétique (mucovicidose, emphyseme bulleux...)

Le fumeur qui tousse et crache tous les hivers détruit ses poumons. Il a de plus en plus de mal à respirer. La moindre infection aggrave l'insuffisance respiratoire et nécessite souvent une hospitalisation. On dit que le patient fait une poussée aigue ou « décompense ». L'oxygène est alors utile à très faible débit, parfois même une trachéotomie, voire une ventilation artificielle à domicile

Un dépistage précoce permet de ralentir la maladie.

Il faut arrêter de fumer, faire de la kinésithérapie respiratoire et traiter par des antibiotiques les infections respiratoires.

 

 

Signes


 

Signes respiratoires

Il lutte de tout son corps contre l'asphyxie.

Il respire vite (Tachypnée) avec un va et vient inefficace, et une amplitudefaible.

Il met en jeu tout les moyens nécessaires : battement des ailes du nez,tirage des muscles du cou.

Il lutte de tout son corps contre l'asphyxie.

Il tousse encore et crache (ce qui est rassurant). On conservera dans un bocal les crachats (expectorations).

 

Signes annexes

Il y a cyanose, sueurs, tachycardie et hypertension artérielle.

 

Signes de gravité

Ce sont une agitation, un délire ou simple désorientation dansle temps et l'espace.

La cyanose et les sueurs sont intenses. Il est très encombré.

Néanmoins la lutte respiratoire persiste et le cœur tient bon.

Il ne faut arriver à l'inconscience totale,où le malade ne lutte plus, la respiration devient faible avec cyanose intense. Le cœur peut à tout instant rapidement lâcher avec bradycardie et hypotension puis arrêt cardiaque

 

Attention

Ne pas négliger l'agitation, la désorientation et le mettre sur le compte de l'asphyxie plutôt que sur la psychiatrie.

 

Bilan


 

Bilan circonstanciel

La décompensation respiratoire est en général en rapport avec une infection pulmonaire surtout en hiver.

 

Bilan vital immédiat

Conscience/Ventilation/Circulation

 

Antécédents

Le patient est souvent suivi médicalement voir en hospitalisation à domicile.

On n'oubliera pas son dossier médical dans ce cas.

 

Gestes


 

Position ½ assise

Faciliter la respiration

en desserrant col, cravate, corset, ceinture…

 

Oxygéner

 

Afin d'éviter l'effet paradoxale de l'oxygène, on débute à de faibles débit de 05l/mn que l'on augmentera peu à peu sans dépasser 3l/mn.

 

Attention

Oxygénation à faible dose sauf si arrêt

 

Pour être précis, il faut utiliser un rotamètre (débitlitre à billes fiable).

 

 

Bien entendu si la détresse est majeure avec arret ou presque.

 

L'oxygénation se fera par insufflation et dans ce cas il n'y a plus de limite dans le débit (10l/mn ou plus dans le ballon)

 

 

Conseil

En transport primaire : pas d'inquiétude  le transport est bref et l'oxygène n'est pas dangereux

Pour le secondaire: respectez scrupuleusement les prescriptions surtout si le trajet est long.

 

 

Certains malades sont porteur d'une trachéotomie

 

Voir Transport secondaire d'un I.R.C.

 

 

Liens

Site officiel "Capitalsouffle"