Maladies neurologiques

Attention vous êtes sur une ancienne version.

▷ Mise à jour de la page

▷ Vers menu nouveau site

La mise à jour comporte:

  • nouveaux élements
  • nouvelle présentation
  • lecture sur tablette et smartphone


 

Avertissement

Pourquoi classer ces symtomes dans les maladies neurologiques ?

Parce quil y a un trouble de la conscience.


Mais la cause est variable: neurologique, cardiaque, pyschiatrique… !

On aurait donc pu aussi bien la classer dans le chapitre maladies cardiaques…

La victime est consciente, ne se sent pas bien et présente des signes inhabituels

 

Définitions

 

La définition officielle de secourisme est :

“La victime ressent une sensation pénible traduisant un trouble du fonctionnement de l’organisme, sans pouvoir en identifier obligatoirement l’origine. Cette sensation, parfois répétitive, peut être fugace ou durable et/ou de survenue brutale ou progressive.

Le “malaise” est un terme vague qui pour le grand public correspond en fait à beaucoup de choses.

Pour le médecin lors d’un malaise il n’y a pas de perte de contact avec la personne “évanouie”.

 

Syncope ou Perte de connaissance brève

Perte de connaissance brutale “à l’emporte pièce”.

 

Perte de connaissance brève (<5mn) à début brusque accompagnée ou non d’une perte de tonus postural avec un retour spontané à un état de conscience normale.

 

Le malade donc “s’effondre” et il n’a plus de contact avec le monde extérieur puis reprend ses esprits.

 

Il y a risque de traumatisme car chute.

 

C’est la vrai syncope ou perte de connaissance brève

 border=

 

 

 border=

Notes

P.C. = abrévation de Perte de Connaissance

 

 

 border=

Comprendre

Ne pas confondre PC brève ( cause inconnue, vagal ou cardiologique) (le sujet de la page)

avec PC prolongée ou inconscience ou coma ( voir pages inconscience et AVC) d’origine plutôt neurologique.

 

 

Autres événements similaires


 

Malaise

Presque identique mais il n’y a pas de perte de connaissance.

Le patient ne perd pas contact avec le monde extérieur.

Ex. : le malaise hypoglycémique

 

Lipothymie

Sensation d’évanouissement imminent avec sudation, pâleur, vue trouble, sifflement dans les oreilles, jambes molles… mais ça ne va pas plus loin.

 

Crise d’épilepsie

Il y a perte de connaissance mais avec d’ autres signes : mouvement cloniques, perte d’urine, morsure de la langue…

 

Hystérie

Le malade fait semblant.

 border=

 

 

 border=

Info

Le mot “malaise” est en général utilisé dans un sens beaucoup plus large englobant PC ou non

 

 

Causes

 

Elles sont très variables.

Une hospitalisation ou une consultation médicale pour bilan sera nécessaire.

 

Le mécanisme le plus explicable est l’apport insuffisant en oxygène et/ou sucre du cerveau par manque de débit sanguin.

 

 

 border=

Conseil

Consultation médicale obligatoire

 

 

Hypotension orthostatique

 

Lors du passage de la position assise à la position debout, la pression sanguine change et l’organisme réduit la taille de ces vaisseaux pour obtenir pratiquement immédiatement une tension correcte.

Pour des raisons multiples, ce mécanisme est retardé (traitement trop fort comme un médicament antihypertenseur , un somnifère,deshydratation, diabète…)

La tension s’effondre avant de revenir à la normale d’où la syncope.

 

Syncope vagale

 

Il s’agit d’un réflexe exagéré d’un nerf (le nerf vague d’où le nom) qui ralentit le coeur voir l’arrête (mais quelques battements seulement, c’est pourquoi on ne va pas jusqu’à parler d’arrêt cardiaque !).

 

L’origine est variable:

  • douleur forte
  • peur ( d’une piqure, d’un examen)
  • toux, défécation forte, vomissement

Troubles du rythme cardiaque

 

  • Pouls lent révélé à l’effort  nécessitant la pose d’un pace maker

  • Ratés du coeur avec des pauses (Un enregistrement sur 24 h de l’ecg est nécessaire pour le confirmer , dit un Holter)

 

 border=

 

 

 border=

Expert

 Une vraie syncope chez une personne jeune peut exceptionellement  se reproduire voire  mort subite d’où consultaion médicale obligatoire (e.c.g.)

 

 

Causes neurologiques

 

  • Accident Ischémique Transitoire (A.I.T.)
  • A.V.C.
  • Epilepsie
  • Sténose de la carotide (rétrécie)
  • Réflexe exagéré au niveau du cou en tournant la tête ou en appuyant, col de chemise trop serré

Autres


  • Hypoglycémie
  • Migraine
  • Troubles pyschiatriques
  • Intoxication oxyde de carbone (CO)

 

Voir Médecin pour dépistage de maladie plus rare

 

 

 border=

Notes

Ne sont signalés que les causes où un geste particulier doit être fait

 

 

Bilan

 

Bilan vital

 

La plupart du temps on arrive après la syncope.

Si elle persiste vérifier immédiatement les constantes vitales notamment le pouls puis la tension.

 

 

 border=

Attention

Ne pas oubliez de prendre la fréquence cardiaque (pouls)

On prendre la tension artérielle aux 2 bras.

Une différence peut orienter le médecin (dissection de l’aorte)

 

 

 border=

Expert

Une syncope à l’effort chez une personne agée nécessite la prise du pouls.

La cause est souvent une bradycardie extrême.

Intervention SMUR indispensable -> Soins intensif cardiologique (pose d’un pace maker)

 

 

 border=

Définition

Bradycardie

 

 Risques

Certains signes apparemment sans gravité peuvent être révélateurs d’une situation pouvant à tout moment entraîner une détresse vitale. Ceci nécessite un appel au Samu-Centre 15 pour une prise en charge immédiate (conseil ou consultation médicale ou évacuation vers une structure de santé).

Bilan complet

  • Prendre toutes les constantes
  • Vérifier l’absence de signes neurologiques
    • Paralysie (hémiplégie)
    • Paralysie faciale
    • Agitation
    • Convulsions
    • Troubles de la parole (Aphasie)
    • Maux de tête (Céphalées)
  • Vérifier l’absence de traumatisme secondaire:
    • plaie du cuir chevelu
    • fracture du poignet
    • fracture du col du fémur
  • Eliminer une crise d’épilepsie
    • Morsure de langue
    • Mouvements anormaux (témoins)
    • Etat post-critique
  • Signes particuliers
    • Douleur serrant la poitrine
    • Difficultés respiratoires
    • Douleur abdominale
    • Règles en cours
    • Sensation de froid, de chaud, de frissons, de faim, de soif
    • Douleurs musculaires (myalgies)
    • Nausées, vomissements

 

 

 border=

Attention

Intervenir pour une chute (notamment chez une personne agée)  à la demande du centre 15 nécessite un bilan traumatologique et les gestes habituels (immobilisation)…

MAIS AUSSI Toujours rechercher par un interrogatoire “policier” de la personne et surtout des témoins la notion d’un malaise ou d’une syncope.
Ne pas oublier de prendre le pouls et s’inquieter si la fréquence est inférieure à 50-40/mn.

 

Interrogatoire

  • Antécédents
    (Avez vous déja été hospitalise et pourquoi ?)
    • Maladie cardiaque
    • Diabète
    • AVC
    • Syncope, lipothymie ou malaise préalable
    • Traitement (Prenez vous des médicaments?)
       
  • Signes avant coureur
    • Nausées
    • Sudation
    • Faim, soif
    • Vue brouillée ou noire
    • Douleur thoracique
    • Maux de tête (céphalées)
  • Circonstances
    • Efforts: toux, rapport sexuel
    • Position couchée -debout brutal
    • Col de chemise trop serré ou tête sur le coté
    • Prise d’alcool
    • A jeun ( Avez vous mangé ce matin ?)
    • Position debout prolongée
    • Chaleur intense
    • Chauffage, poele, cheminée…

 Observer

Le sauveteur peut rencontrer diverses situations qui nécessitent le recours à un avis médical immédiat en appelant le Samu- Centre 15.

La victime réagit et répond aux questions. Quatre situations peuvent se présenter :

  • Elle ressent une douleur dans la poitrine,
  • Elle présente brutalement un ou plusieurs des signes suivants :
    • une faiblesse ou une paralysie soudaine uni- ou bilatérale de la face, du bras ou de la jambe
    • une diminution ou une perte de vision uni- ou bilatérale
    • une difficulté de langage ou de la compréhension
    • un mal de tête sévère, soudain et inhabituel, sans cause apparente
    • une perte de l’équilibre, une instabilité de la marche ou des chutes inexpliquées.
  • Elle a du mal à respirer, a du mal à parler ou ne peut plus parler du tout
  • Elle est
    • couverte de sueurs abondantes, sans avoir fourni d’effort ou sans que la chaleur environnante soit importante.
    • Elle a froid.
    • Elle présente une pâleur intense.
      Chez la victime à peau halée ou colorée, la pâleur peut être appréciée à la face interne des lèvre

 

Conduite à tenir

 

Principes

Devant un malaise, le sauveteur doit tout mettre en oeuvre pour :

  • Mettre au repos la victime
  • Observer et interroger pour recueillir les informations nécessaires
  • Mettre la victime en position d’attente adaptée à son état
  • ransmettre ces informations lors de l’alerte afin d’obtenir un avis médical

Position

Mettre la victime au repos, en position allongée ou assise selon l’état de conscience.

  • PLS si inconscience
  • Si jambes surélèvées par les témoins, les maintenir
  • Si lipothymie persistante mettre les jambes surélèvées (ce qui augmente le débit dans le cerveau)
  • Assis si reprise totale de la conscience
  • Pas de station debout

Desserrer éventuellement le col, la ceinture et tout vêtement gênant la respiration.
Il faut la rassurer en lui parlant sans énervement et la calmer.

 

Maintenir une bonne ventilation

  • Desserer éventuellement cravate, col de chemise, ceinture et tout ce qui peut gener les mouvements de la cage thoracique
  • Libérer les voies aériennes  s’il a des signes d’obstruction
  • Oxygène si besoin

 

 

 border=

Conseil

Si vous êtes témoin d’une vrai syncope

En théorie = Inconscience = PLS mais ce n’est pas la première priorité

En pratique:

surélever en premier les jambes,

puis vérifier qu’il ne s’agit pas d’arrêt cardiaque (prise de pouls carotidien)

essayer d’établir le contact avec la personne: si oui ce n’est pas une syncope mais un malaise

Lors d’une vrai syncope la personne reprend connaissance rapidement

Si l’inconscience se prolonge et que les pouls sont présents: mise en PLS

 

Antécédents

Se renseigner sur son état de santé habituel
Poser quelques questions simples à la victime ou à son entourage pour avoir des
renseignements utiles et recueillir son âge pour les transmettre lors de l’alerte :
– « Depuis combien de temps dure ce malaise ? » ;
– « Avez-vous déjà présenté ce type de malaise ? » ;
– « Prenez-vous des médicaments ? » ;
– « Avez-vous été gravement malade ou récemment hospitalisé ? ».

 

Alerte


 

Bilan au Centre 15

Admission aux Urgences pour bilan si nécessaire sur indication du médecin régulateur ou attente du SMUR

 

Un avis médical est indispensable car il est extrêment difficile pour un non professionnel de distinguer un malaise sans gravité d’une urgence grave.

 

Certe des facteurs identifient des malaises bénins comme:

  • la fatigue
  • le manque de sommeil
  • un repas copieux et alcoolisé
  • une absence d’alimentation (jeune)
  • un stress

 

Mais les pièges sont trop nombreux pour que l’ambulancier seul ,prenne une décision.

Quelques exemples vécus:

– un baillement = fatigue mais aussi bas débit de la circulation sanguine du cerveau par état de choc

– paleur, nausée, bradycardie = problème cardiaque mais aussi malaise vagal avant un vomissement !

– un malaise : grosse fatigue mais aussi A.I.T. (Accident Ischémique Transitoire) signe avant coureur d’un A.V.C.

 

 

Cas particulier : Prise habituelle de médicament ou de sucre

Dans certaines maladies, un traitement particulier doit être pris en cas de malaise. Dans ces cas, le traitement et les doses à prendre sont connus par la victime et ont fait l’objet d’une prescription préalable par son médecin.

Si une victime le demande, ou sur consigne d’un médecin préalablement alerté, il faut aider la personne à prendre ce traitement en respectant les doses prescrites.

De même, si une victime demande spo