Pédiatrie

 

Attention vous êtes sur une ancienne version.

▷ Mise à jour de la page

▷ Vers menu nouveau site

La mise à jour comporte:

  • nouveaux élements
  • nouvelle présentation
  • lecture sur tablette et smartphone

 

Mort subite du nourrisson


 

ou Mort Inopiné du Nourrisson (MIN).

Il s'agit d'un accident dramatique qui survient pendant le sommeil chez un enfant entre 2 et 4 mois (95% des cas inférieur à 6 mois) mais possible jusqu'à 18 mois.

Sa découverte est souvent tardive (trouvé mort dans son berceau) et la réanimation est alors un échec.

Sa fréquence est estimée à 1 pour 2000 naissances, soit environ 400 décès par an.

 

Causes


 

Les causes de ces morts ne sont pas évidentes.

diminution si mis en décubitus dorsal (plat dos)

Nouveauté 2010 : possible excès d'action d'un nerf (vagal) qui freine la fréquence cardiaque et ultime action: arrête le coeur. Si le bébé survie, il sera plus tard "vagal" (malaise vagal).

 

Réanimation


 

Il faut pratiquer les manœuvres habituelles de réanimation et avertir le SAMU.

Il ne faut surtout ne pas accuser parents ou nourrice de défaut de surveillance.

L’ambulancier doit s’abstenir de tout commentaire.

Une équipe médico-sociale doit prendre en charge les parents, dans des centres de références.

 

 

Syndrome du bébé secoué


 

200 cas par an en France

Exaspéré par des pleurs, le bébé (de moins de 12 mois, 2 fois sur 3 moins de 6 mois) est violamment secoué par un parent ou la personne qui garde l'enat (20%)

Il y a alors risque de dommages dans le cerveau ( 10 à 40 % de décès)

Les premiers signes sont : plafonnement du regard, convulsions, coma...
Parfois les signes d'appel sont anodins: vomissements sans diarrhée, troubles du sommeil ou de l'alimentation

 

Maladies de l'enfance


 

Convulsions


 

Lors d’une montée brutale de la température due à une infection banale, l’enfant peut présenter une convulsion avec une courte détresse respiratoire.

Il faut éviter la récidive.

Un médecin injectera par l’anus les médicaments nécessaires.

La température sera prise.

Il ne faut pas maintenir l'enfant sous des couvertures et les vêtements chauds seront retirés.

Une hospitalisation pour bilan est nécessaire.

 

 

Comprendre

Epilepsie et convulsion ce sont les mêmes signes

Seul change les circonstances

 

 

Méningite


 

L’apparition brutale d’une fièvre, associée à des maux de tête, des nausées doit faire consulter un médecin à la recherche d’une méningite.

 

Méningite à méningocoque

Exceptionnellement la méningite est foudroyante avec septicémie et état de choc avec des plaques bleutées sur le ventre.

L’intervention du SMUR est indispensable.

Elle est parfois mortelle en quelques heures, et sévit par petites épidémies.

En général, un vent de panique survient dans la commune.

L'ambulancier doit dédramatiser la situation.

La fermeture des écoles et la désinfection de celles-ci ne sont pas obligatoires.

L'usage des antibiotiques est réservé à la famille proche et aux personnes en contact avec l'enfant.

La désinfection de l'ambulance non obligatoire, est préférable.

 

 

Attention

Plaques bleutées "en carte de géographie" sur le ventre ou membres avec contexte infectieux = EXTREME Gravité = SMUR d'urgence

 

 

 

Laryngite


 

Au cours d’une infection, l’enfant présente une détresse respiratoire avec tirage et changement de la voix.

L'infection est bactérienne (due à une bactérie) ou virale (due à un virus).

Le larynx "se gonfle" (oedeme) avec donc risque de rétrécissement.

L’appel d'un médecin de garde est urgent, parfois le SAMU est nécessaire.

 

Epiglottite

C'est une forme grave de laryngite. Les bactéries se logent dans l'épiglotte qui grossit et risque par son poids de basculer en arrière et de faire clapet.

L'enfant est sans voix avec une forte fièvre, trés fatigué, la bouche grande ouverte, légèrement penché en avant.

En aucun cas l’ambulancier ne doit transporter l’enfant allongé mais toujours en position demi-assise.

Car la mise en position à plat entraîne parfois un arrêt cardiaque.

 

 

 

Vidéos

 

 

 

Attention

Ne pas allonger un enfant en détresse respiratoire conscient

 

 

Infections des voies aériennes


Elles sont fréquentes et le plus souvent bénignes.

Selon l'organe infecté , on parle de :

  • nez : rhinite
  • pharynx: pharyngite
  • amygdale : angine
  • oreille: otite
  • trachée: tracdhéite
  • bronches: bronchite
  • bronchioles: bronchiolite
  • poumon: pneumonie
  • plèvre: pleurésie

Souvent plusieurs organes sont atteints:

rhino-pharyngite ( nez et pharynx)

broncho-pneumonie ( bronches et poumons)

 

Les plus graves chez le jeune enfant sont les bronchiolites.

 

L'infection peut avoir les mêmes signes qu'une crise d'asthme, c'est pourquoi on parle de "bronchite asthmatiforme".

Mais cela ne veut pas dire que l'enfant deviendra asthmatique.

 

 

 

Fiches techniques

 

Je me lave les mains

Je porte un masque

Je limite les risques d'infection

Je jette mon mouchoir

Prévention de la bronchiolite

 

 

Asthme


 

C'est une affection qui se caractérise par une réponse exagérée des bronches à des stimulations variées.

Elle se manifeste par le rétrécissement de calibre des bronches (dite "bronchoconstriction") et une augmentation de la production de crachats.

L'air inhalé ne peut plus sortir. L'expiration est difficile, les poumons sont distendus .

 

 

Notes

La bronchite asthmatiforme (la forme d'une crise d'asthme) du nourrisson est une détresse respiratoire liée à une infection. Il n'est pas obligatoire que l'enfant deviendra plus tard asthmatique.

 

 

Crise d'asthme

Il s'agit de toux irritante, de sifflement surtout à l'expiration, d'essoufflement, d'une sensation désagréable de manquer d'air.

L'expiration est plus longue, active.

Au plus fort de la crise, il n'y a pas plus de toux.

La sensation de soif d'air est majeur avec une forte angoisse

 

 

Attention

Une crise d'asthme peut tuer, même chez un sujet jeune

 

 

 

Attention

Ne pas minorer la gravité d'une crise d'asthme

 

 

Identifiez les enfants à risque

 

 

Crise légère

Crise moyenne

Crise grave

Fréquence respiratoire Normale Augmentée Très rapide
Toux Possible Possible 0
Détresse respiratoire 0 0 +++
Contraction muscles cou 0 0 ++
Activités Normales limitées impossible
Paroles Normales quelques mots difficile
SaO2 > 95 % 90-95 % < 90 %

 

 

Gestes


 

Il faut rassurer le patient, le mettre en position ½ assise et lui donner de l’O2 en inhalation en sachant qu’il n’aime pas ce masque car il a la sensation d’étouffer.

 

Il prendra (sur avis du Centre 15) ces médicaments sous forme d'aérosols (spray) en général de la Ventoline.

 

Il sera transporté en position ½ assise après le feu vert du Centre 15

(A condition que votre bilan soit juste. Les signes de gravité ne sont souvent pas toujours reconnus)

 

 

Expert

Oxygéner pour avoir une SAO2 > 92 %

 

 

Fièvre (Hyperthermie)


 

L'enfant, surtout lorsqu'il est en collectivité (crèche, école) présente souvent une température supérieure à 38°C.

Revoir technique de mesure   

On dit qu'il a " de la température" (mauvais terme, puisque c'est normal que le corps soit chaud).

Le terme "hyperthermie" est en général réservé aux maladies de l'environnement (coup de chaleur, insolation).

La fièvre, c'est donc l'augmentation de la température en rapport avec une infection.

 

Gestes

  • Bilan au centre 15
  • Autorisation de donner du paracétamol
  • Enlever les vêtements et aérer

 

Causes

Elles sont nombreuses. De la simple sortie d'une dent à la méningite.

Le plus souvent, il s'agit d'une simple infection virale sans gravité avec localisation au nez, gorge et oreilles avec rhinite (nez qui coule),oreille douloureuse (otite), gorge rouge.

 

Risques

L'infection ne met pas, en général,  l'enfant en danger.

Les complications possibles sont:

  • déshydratation

  • convulsion

  • choc septique

 

Gravité

Il faut rester vigilant et l'obsession est de rechercher le moindre signe pouvant  évoquer un début de détresse vitale.

 

Détresse cérébrale

  • de la somnolence à l'inconscience en passant par la désorientation
  • convulsions
  • raideur de la nuque, vomissement, la lumière fait mal (photophobie) (méningite ?)

Détresse respiratoire

  • respiration rapide, cyanose, bruits ou tirage, encombrement.
  • sifflement, changement de la voix, tirage (laryngite ?)

Détresse circulatoire

Les causes sont nombreuses:

  • passage des microbes dans le sang (septicémie)
  • deshydratation
  • infection abdominale (péritonite)

Le diagnostic n'est pas évident:

pas de pâleur (car pas d'anémie) et souvent la chute tensionnelle est modérée ou inexistante.

 

Les meilleurs signes sont :

  • Tachycardie ( Accélération du pouls

  • Teint terreux ou gris, yeux enfoncés avec cernes sous les yeux

  • Soif, bouche sèche

  • Désorientation

  • Marbrures
    plaques en carte de géographique notamment au niveau des genoux puis face antérieure des cuisses.

  • Plaques violacées
    Taches rouges puis violettes qui progressent en quelques heures ressemblant à des hématomes.
    Appelé purpura,elles peuvent signaler une grave septicémie souvent mortelles en 24 h.

    Il faut marquer au stylo leur contour afin de voir si elles ne s'agrandissent pas.

     

Attention

Lors d'une infection, la recherche de plaques violacées sur l'abdomen est importante.

Leur présence  signifie gravité = Appel SAMU immédiat